[A nos chères disparues] Le sombre secret : Urbex et cache d’exception

Aujourd’hui, laissez-moi vous présenter une cache exceptionnelle dans un lieu lui aussi exceptionnel ! Au sommet des Hautes-Vosges se trouve un gigantesque bâtiment abandonné qui abrite un sombre secret… Rejoignez notre expédition qui, au cours d’une aventure épique, va tenter de percer le mystère des lieux ! Au bout de cette aventure le found-it ou …. LA MORT !!! Ou juste un DNF, mais « la mort » c’est plus classe en introduction :p A la fin de l’article, la Team Sarce nous apportera quelques précisions sur la cache.

sb61
Une vue plongeante sur un fragment du sombre secret

Pour information : vous êtes sur la page « légère » de l’article, c’est à dire celle contenant peu de photos afin de rendre le chargement plus rapide. Si vous voulez visiter la page contenant plus de photos, je vous invite à cliquer ici.

Dans cet article, je vous propose de vous raconter l’aventure au fil de la progression de notre équipe. Je pense que l’on peut vraiment parler d’aventure : nous avons passé une journée complète sur cette cache à parcourir tous les recoins de cet ancien centre de cure. J’ai opté pour un récit très (trop ?) détaillé (et donc long). J’expérimente et n’hésitez pas à me dire si ce genre de texte vous plait ou si c’est trop long. Au cours de notre journée, il y eut des avancées rapides, mais il y eut aussi des moments de découragement. Le tout sur un scénario digne d’un thriller : quel bonheur ! Comme je l’ai dit en introduction, c’est avec un immense plaisir que la team Sarce a accepté de répondre à quelques questions. Si vous voulez-vous y rendre directement, c’est ici que ça se passe, ou alors tout simplement à la fin de l’article.

Je vais commencer par introduire un peu la situation. Il s’agit de la cache « Le sombre secret » (GC6EW5B) de la team Sarce. La cache fut posée en novembre 2017 pour une désactivation en septembre 2018. En un peu moins d’un an, la cache recevra 114 PF, c’est dire que dans le secteur, le bouche-à-oreille fit rapidement sa renommée. C’est d’ailleurs également par recommandation que je l’ai connu. La cotation est de 4.5/4.5, avec des étoiles bien pesée. Pour s’y rendre, il fallait se rendre au col de la Schlucht, dans les Vosges, lieu majestueux, que connaissent bien les Lorrains, et qui est synonyme de randonnées, de ski et de tartes à la myrtille.

DSC01260 (1).jpg
Un peu de repos avant d’attaquer ?

Zoomons encore un peu : la lost place en question est l’Altenberg. Ce fut un hôtel de luxe, puis un sanatorium avant de devenir un établissement de soins et de repas. Ce bâtiment, datant de la fin du XIX siècle, aura vu passer du beau monde dont l’empereur Guillaume II. Les lieux comportent plusieurs bâtiments et quelques belles surprises… mais cela nous le verrons au cours de notre exploration des lieux ! D’ailleurs, commençons tout de suite.

DSC01152

Une partie de l’Altenberg.

C’est dans l’atmosphère si particulière aux montagnes vosgiennes que nous nous garons sur un petit parking isolé desservant quelques chemins de randonnée. Mais nous ne sommes pas là aujourd’hui pour admirer les belles forêts aux impressionnantes roches : nous avons une mission ! Une mission vitale, nous le savons. Mais pour le reste nous sommes relativement dans le flou. Cela ne nous dérange pas, nous avons l’habitude de ce genre d’affaires et nous savons qu’en général la situation se clarifie sur place. Tout ce que nous avons comme information, c’est qu’il nous faut prendre un peu de matériel : lampe UV, batterie externe, appareil photo, lecteur de QR code, outils de décryptage et un casque audio. Muni de tout cela, notre petit groupe de 3 géocacheurs va à la rencontre de notre informateur qui nous expliquera notre mission. Nous le trouvons, d’ailleurs, bien caché dans un petit bois.

Gérald C., employé à l’Altenberg, n’a plus donné signe de vie depuis 2008. La dernière fois qu’il a été vu, c’était à l’accueil. Il semblait chercher à cacher quelque chose. Il avait l’air terrifié.

SB001

Notre informateur est « perché ».

Nous sommes dans la forêt en bord de route et nous nous mettons en marche vers la petite route qui mène à l’Altenberg. Trouverons-nous Gérald à l’accueil ? Ce serait trop simple, mais nous allons commencer nos recherches par là. A l’approche de l’impressionnante bâtisse, nous essayons de progresser le plus discrètement possible, car nous ne connaissons pas les lieux. C’est donc à pas de loup et en silence que nous approchons de l’accueil de l’ancienne cure. On va essayer d’éviter de croiser un éventuel gardien.

SB002

Les portes de l’enfer ?

L’accueil est rapidement trouvé bien que malheureusement très abîmé. Évidemment, pas de Gérald ici et nous nous mettons donc en quête d’une éventuelle trace de sa présence. Le nombre de cachettes qu’aurait pu utiliser Gérald est énorme, nous nous partageons donc le terrain. Certains cherchent en hauteur, d’autres à quatre pattes sous le mobilier, d’autres dans les différents documents qui jonchent le sol et d’autres… Ah… non, nous sommes tous là ! Quand soudain, on trouve enfin un élément qui pourrait avoir été laissé par Gérald : un QR Code. Eh oui !

SB006

Le QR code est caché sous le meuble.

Si vous êtes là, c’est qu’il a dû m’arriver des choses terribles. Sortez et trouvez mon vestiaire dans le bâtiment en face. G.C.

SB010

La tension monte ! Nous passons d’une « simple » disparition à quelque chose de beaucoup plus mystérieux… Il redoutait quelque chose… Qu’il l’ait fantasmé ou qu’il fût vraiment en danger, nous devons le retrouver ! Rapidement ! Nous suivons ses instructions et traversons le parking pour nous rendre dans le grand bâtiment en face. Il nous faudra parcourir quelques pièces pour trouver les vestiaires. En fouillant rapidement celui de Gérald, nous trouvons des indications qui, bien que plutôt cryptiques, ne nous laissent que peu de doute sur l’étape suivante de la fuite de Gérald.

sb012

Dans un vestiaire

Nous montons les étages, non sans fouiller les différents niveaux que nous croisons… dès fois que…

sb12

Quelques logements bien abîmés

Une fois dans les combles, nous y trouvons un petit recoin rempli d’archives. Beaucoup gisent au sol, mais de nombreux classeurs sont encore sur les étagères.

sb19

Les archives de la cure

Ici, nous n’avons pas de doute sur ce que nous recherchons, et il sera rapidement trouvé ! Le classeur de l’année 1986 à la page 666 !

sb20

Le classeur qui nous intéresse

Nous y trouvons un plan du site et une lettre de celui après qui nous courons. C’est donc avec fébrilité que nous la lisons pour en apprendre plus… et il nous faudra nous asseoir tant ce que nous y lisons nous semble irréaliste… Du moins, nous l’espérons…

Enfin, je peux raconter ce qui se passe ici. Du moins, le peu que j’en sais. Ou peut-être ai-je perdu l’esprit. A vous d’en juger.
Je suis agent d’entretien dans cet enfer depuis 3 mois. Ce qui me donne accès à tous les recoins de ce centre maudit. J’en ai fait un plan, je le joins à cette lettre.
J’ai rencontré une petite fille. Elle s’appelle Dalkia. Elle apparaît, elle disparaît. Mon Dieu, j’espère que je suis fou ! Cette enfant n’est pas réelle, pourtant elle est bien là. Elle me raconte son calvaire, elle me raconte sa mort, et celle de tous les autres, entrés ici, jamais ressortis. Elle me dit que ce n’est pas terminé. Elle semble communiquer entre différents mondes.
si je suis mort, peut-être Vous aidera-t-elle à comprendre ?
je laIsse des indices vaGues, codés, à mesurE de mes macabres découvertes. hier eNcore, dans ce bâtimEnt même, j’ai trouvé des cendRes étranges sous la chaufferiE.
Devrais-je fuir ? Sûrement, mais je ne peux pas les abandonner. Sans doute devriez-vous quitter ces lieux, tant que vous le pouvez encore !
G.C

PS : ne déplacez surtout pas ce message ! Si vous deviez disparaître aussi, la vérité serait perdue pour toujours…

sb21.jpg

Voilà qui est très perturbant… Évidemment, nous essayons de nous convaincre que Gérald a perdu la raison.  Mais une petite voix au fond de moi me dit que ce n’est peut-être pas le cas. Ce texte est tout sauf celui écrit par un fou. Mais il n’y a qu’en le retrouvant que nous en saurons plus. Aussi, nous faisons des copies de tous ces documents et relevons une information, dont nous ne savons que faire à ce stade. Pour ce qui est de la suite de nos aventures, la chaufferie semble l’endroit tout indiqué ! Notre plan fraîchement acquis ne nous renseigne pas. Il nous faudra donc explorer les lieux en suivant notre instinct et de deux doigts de logique.

sb22

Copie indispensable pour le reste de l’aventure

Après avoir traversé un grand parking couvert, certainement anciennement destiné aux ambulances et autres véhicules de la cure, nous trouvons de grosses citernes et de nombreux tuyaux qui nous indiquent que nous sommes certainement sur la bonne voie.

sb23

Le garage proche de la chaufferie

Un trou accompagné d’un signe cabalistique qui nous indique, à nous, que nous sommes sur la voie de Gérald. C’était évidemment l’endroit logique… Il me faudra me faufiler dans le petit trou et y progresser à 4 pattes. Et si je rencontrais Dalkia ??? Mais non, elle n’est pas réelle !!! Ne l’est-elle vraiment pas ? Je n’en sais plus rien… Alors que mon esprit s’égare, j’avance dans ce petit tunnel. Gérald parlait de cendres étranges, et bien pour l’étrangeté je ne sais pas, mais pour les cendres, il avait bien raison. Tout à coup, je débouche sous une cheminée. Je n’ai aucune indication précise, mais il semblerait logique que si cendre étrange il y a, ce soit là qu’il faille chercher…

sb25

On brûle !

Je progresse donc sur ces barreaux métalliques froids et rouillés. Encore et encore. Vu du bas, ça ne semblait pas si haut ! Et c’est quasiment en haut de la cheminée que je trouve une étrange plaquette… vide !

sb26

C’est plus haut que ça n’en a l’air

Je me remémore les mots de Gérald : « des cendres étranges ». Peut-être qu’avec une touche de magie, j’en apprendrais un peu plus. C’est, le dos contre la paroi de la cheminée et les pieds sur les barreaux, que j’extrais ma lampe UV et éteins ma frontale. Eh oui ! D’un côté le symbole d’une maison apparaît alors que l’autre il est inscrit « Grenier ». Je peux donc ranger ma lampe UV et redescendre de la cheminée pour sortir de mon petit trou. Une fois dehors, mes compagnons se moquent de mon bronzage express obtenu dans les hauteurs.

Nous consultons notre plan et l’étape suivante est évidente ! Direction, le dernier étage du bâtiment. Comme précédemment, d’étage en étage, nous explorons les différentes pièces. Crissement de verre brisé sous nos pieds, mur tagué, mobilier vandalisé, quelle tristesse de voir la bêtise de certains qui ont besoin de saccager les lieux qu’ils visitent.

sb27

Une des très nombreuses pièces dégradées

Nous sommes maintenant dans le grenier. Celui-ci présente beaucoup de planques possibles, car les lieux sont vastes et encombrés. Nous mettons en quête d’une information laissée par Gérald. Quelle piste nous aura-t-il laissée cette fois-ci… mais surtout, pour l’instant, où ?!? Car nous fouillons, retournons, nous nous interrogeons, mais ne trouvons rien. On grimpe, on passe tout à l’UV, mais nous restons sans solution depuis plusieurs dizaines de minutes. Notre mission ne peut pas s’arrêter là ! Nous devons savoir où est Gérald ! C’est certainement une question de vie ou de mort ! Nous devons savoir qui est Dalkia ! Nous devons résoudre ce mystère ! Finalement, nous aurons recours à une séance de spiritisme pour contacter un esprit qui nous remettra sur la bonne voie. Une indication UV sur une zone que nous avions pourtant explorée et une indication sur une zone où nous avions grimpé… Serait-ce l’esprit de Dalkia qui perturbe nos recherches et nos sens ?

sb31

Que de greniers dans ce centre !

Voici les informations que Gérald nous aura laissées sur une des poutres du toit. Que doit-on en faire ? Une petite voix venue du futur m’indique qu’il y avait une manivelle sur la poutre qui, une fois tournée, permettait d’allumer une LED jaune … 

sb33

Les informations laissées par Gérald

Que faire de cette série de chiffres ? Notre premier réflexe sera de considérer que ce que Gérald veut nous indiquer est une coordonnée qui correspond à une couleur. Nous avons donc trois possibilités, mais seule une nous semble cohérente avec les lieux. Nous nous rendons donc aux coordonnées de la couleur jaune. Nous ressortons donc et nous nous rendons au niveau d’une série de quelques garages, que nous inspectons minutieusement sans grand succès…. Mais en en faisant le tour, nous remarquons, sur le mur arrière d’un des garages, la marque que Gérald utilise pour nous indiquer son passage. L’information commence à être recouverte, mais reste parfaitement claire.

sb34

Un petit « GC » discret, mais efficace

Nous reprenons notre plan et changeons de bâtiment : direction les locaux techniques pour une recherche en rapport avec le feu. C’est ainsi que nous nous retrouvons dans une toute petite pièce qui sert de transformateur. Sous quelle forme Gérald va t’il nous faire parvenir ses instruction cette fois-ci ? Visuellement, rien ne nous saute aux yeux, aussi nous passons tout à l’UV… Nous faisons chou blanc jusqu’à ce que notre torche éclaire l’envers d’un boitier métallique ! Sacré Gérald, il est fort pour nous faire chercher ses indications. S’il cherche à être aussi discret, c’est que vraiment il ne veut pas que n’importe qui puisse remonter sa trace….

sb38

Sur l’envers d’une trappe qui ne s’ouvre pas

Direction les escaliers !

Ici, la recherche sera beaucoup plus simple : un énorme « DALKIA » s’affiche devant nos yeux ! Je crains de Gérald ne se sente pressé par le temps et ses secrets et ne soit obligé d’abandonner la prudence qui a, pour l’instant, toujours était sa ligne de conduite. Mais non : passé ce premier message bien visible pour un œil non exercé, l’ancien agent d’entretien nous a prévu un parcours bien balisé, mais visible uniquement à la lumière UV. Nous passons par des coins et des recoins jusqu’à trouver le point de « rencontre » suivant…

sb43

Debout, couché, debout…

sb42

On chauffe ?

En consultant notre plan, nous voyons que la cuisine n’est pas loin. Il n’y a plus qu’à s’y rendre et à trouver la chambre froide indiquée. Pour la cuisine pas de soucis, elle se trouve dès l’entrée du bâtiment lorsque nous passons par l’arrière. C’est d’ailleurs l’occasion de découvrir une belle façade dans son écrin de verdure. La cuisine est vaste est lumineuse et rapidement nous trouvons un petit escalier qui nous guide jusqu’aux sous-sols où se trouve quelques chambres froides, dont la numéro 10. Ici il n’y a que très peu de cachettes possibles, aussi le tour du propriétaire sera rapide. Les informations se trouvent dans le plafonnier. Quelles découvertes macabres Gérald a-t-il pu faire ici ? Le message que nous trouvons de lui est laconique, mais nous fait craindre le pire !

sb46

La chambre froide N°10, mais aussi la chambre de Kevin…

Je prends des risques. Chaque jour me dévoile de nouvelles horreurs. J’ai remarqué des traces de sang près d’ici. Je vais les suivre.
G.C.

Des traces de sang ! Et pas en petite quantité ! Mais dans quel guêpier s’est fourré Gérald ! Et nous donc, qui le suivons depuis plusieurs heures déjà ! Que va-t-on trouver au bout de la trace sanglante ?

sb49

C’est un signe, mais ce n’est pas bon signe

Nous descendons à la queue leu leu dans les sous-sols de l’ancienne cure. Nos lampes nous permettent de nous guider dans ce dédale sombre. De temps en temps, une trace de main ensanglantée via nous indiquer le chemin suivi par la personne, l’être, la chose poursuivie par Gérald ou Gérald lui-même…. Après une première phase de progression, nous nous faufilons dans un petit trou dans un mur pour gagner une zone technique pleine de tuyauteries.

sb54

Balade dans les locaux techniques

Là encore des traces de mains et une sinistre inscription écrite avec du sang viennent terminer la trace : pa nrimerp obalt wk kiqq novt wrzsa, md pzexeh mp wintup / Dalkia

sb55

C’est ici que s’arrête la piste

Ici, la traduction sera très rapide, nous avions un élément dont nous ne savions que faire. Reste à trouver le bon mot de passe… Et le premier que l’on essayera sera le bon ! Du vigenère avec le mot de passe « Dalkia » nous donnera la traduction de cette inscription mystérieuse : Ma chambre était la cinq cent trois, ma poupée me manque. Si vous vous souvenez du texte dans le classeur du grenier, certaines lettres en majuscules formaient le mot « vigenere ».  Dalkia ! Voici un mot de Dalkia en personne ! Mais qu’est devenu Gérald ? Pourquoi les traces de sang s’arrêtent elles ici ? Pourquoi Dalkia nous indique tout cela ? Trop de questions…. Trop de supputations…. Il nous faut y aller !

sb56.jpg

la solution

Évidemment, nous dirigeons dans le bâtiment principal vers la chambre 503, qui est au dernier étage. Chemin faisant, nous visitons tous les étages et tous les lieux « intéressants » dans le cadre de notre recherche. Après une longue exploration, le 5e étage se dévoile et nous pouvons chercher la bonne chambre. Beaucoup de numéros de chambres, quand ce n’est pas les portes, ont été arrachés, mais il nous suffira de compter pour trouver la bonne pièce.

sb57

On change d’aile

La voici ! Et l’on ne peut pas se tromper ! La poupée de Dalkia, celle dont elle nous parlait dans son texte sanglant, semble flotter au plafond. Avec maintes précautions et un peu d’équilibre, nous l’observons de plus près et un petit carré codé attire notre attention. Celui-ci nous fournit un autre message incompréhensible : M’atwiiv tpvtepeyd iloec k ta sidmqnh agok md mlwin ! Patc keolp-mq mh bcete. Poy mwrss osapdrlsb.

sb62

La poupée de Dalkia qui lévite !

J’aimais tellement aller à la piscine avec ma maman ! Mais celle-ci me brûle. Mon corps disparaît… Ce message nous laisse stupéfaits !

Ce que semble nous indiquer Dalkia est inconcevable. Peut-être aura-t-on plus d’informations en nous rendant à la piscine.

Avant de gagner ces lieux, nous faisons un détour par le hall et ce qui fut certainement une impressionnante salle de restaurant. Malheureusement, effet Dalkia ou non, tout est ravagé.

sb63

Des lieux qui furent certainement de toute beauté

Nous voici à la piscine, un lieu impressionnant de la structure qui, de plus, offre une vue imprenable sur les sommets vosgiens. Ici, il y a quelques lieux plus évidents que d’autres où Dalkia aurait pu nous laisser des instructions….  Mais Gérald ? Qu’est-il devenu ? Nous avons complètement perdu sa trace depuis la fin des traces de sang… J’espère qu’il ne lui ait rien arrivé…

sb66

La piscine avec vue sur les montagnes vosgiennes

Un des lieux évidents est bien sûr les entrées/sorties d’eau. C’est là que nous irons chercher et que nous trouverons des instructions sur un support empli de sang ! Mais le sang de qui ??? Mais en tout état de cause, il nous faudra faire appel à l’aumônier… Pourvu que ce ne soit pas pour les derniers sacrements.

sb69

Allons prier

Depuis le temps que nous déambulons dans les lieux et que nous consultons la carte, nous commençons à bien connaitre l’organisation des bâtiments. C’est donc rapidement que nous allons voir si nous trouvons l’aumônier dans la chapelle de la cure. Sur place, nous sommes attristés que voir qu’ici, tous les vitraux sont tous détruits ! Quel drame !

sb71

La chapelle tristement abimée

Quelques rapides recherches et nos lampes UV, nous révèle le message de Dalkia : Dr Grenier.

sb74

L’aumônier nous sera d’une grande aide.

La maison du docteur ! Sur le plan, c’est un petit bâtiment à part et nous nous y rendons en passant par un très joli couloir en bois qui grimpe dans la forêt. Encore quelques pas sous les pins et, nous voici dans le bâtiment certainement destiné au médecin directeur de la cure. Après notre petit tour des lieux, nous gagnons le grenier pour suivre la piste de Dalkia.

sb75bis

La maison du directeur

Le grenier semble vide et après avoir fait le tour, il ne reste qu’un petit coin que nous n’ayons pas visité : un tout petit passage sous la pente du toit, coincé entre les poutres et la laine de verre, et bien sûr, il va falloir y aller. Je progresse à 4 pattes sans rien voir si ce n’est un détecteur de fumée… Étrange lieu pour en mettre un….

sb82

Un bien étrange objet

En l’ouvrant, je découvre un petit lecteur de MP3. Voilà qui est bien étonnant…. Marche arrière, toujours à 4 pattes au milieu des toiles d’araignées, et nous pouvons y brancher notre batterie externe et notre casque.

sb83

Dalkia nous parle

Et là ! Quelle surprise ! Dalkia !!! La voix de Dalkia s’adresse à nous !

Je m’appelle Dalkia.
Je te suis depuis que tu es entré ici.

Tu cherches le Monsieur au tournevis.
Il était très gentil.
Il voulait nous aider.

Tu arrives bien trop tard, il est mort depuis longtemps.
Mais sache qu’il a réussi.
Grâce à lui, tout est redevenu calme ici.
Les enfants ne souffrent plus.

J’ai caché son esprit dans un arbre.
Maintenant, c’est moi qui veille sur lui.
Va le voir !

Il avait un petit appareil comme le tien sur lui, GPS qu’il l’appelait.
Je me souviens que dessus, il était marqué un truc comme N 48 03 740
E 7 02 460 quand il s’est éteint.

Et puis reprends ta vie.
Tu as cette chance qu’il n’a pas eue !

Chuuuuttt

Ce que nous craignons est arrivé pour Gérald… Voilà pourquoi, nous n’avions plus d’informations de sa part et voilà pourquoi c’est Dalkia qui a pris le relais. Nous accusons un moment le choc, mais il nous faut terminer notre mission. Nous allons suivre les dernières instructions de Dalkia, nous leur devons bien ça à tous les deux.

sb84

En route vers la conclusion

Nous parcourons donc la forêt à l’arrière de l’Altenberg jusqu’à trouver une petite tombe dans lequel se trouve un cryptex…. Dalkia nous ménagera le suspens jusqu’au bout, mais l’ouverture sera rapide, car son nom nous apportera la conclusion de l’histoire… Dans la petite tombe de Gérald et derrière la protection du cryptex, se trouvent deux petites fioles : une du sang qui servira de preuve et une pour laisser un mot à la mémoire de Gérald.

sb85

On évoque l’esprit de Dalkia

sb86

Et on récolte des éléments tangibles pour conclure l’aventure

Fin de l’aventure pour ce qui fut certainement notre plus belle cache de l’année ! La Team Sarce nous a gâté avec une aventure palpitante et avec des niveaux de difficulté en adéquation avec les étoiles de la cache. J’adore ces longues multis qui exploitent à fond les lieux et qui offrent un vrai challenge pour les géocacheurs avec un peu d’expérience que nous sommes. À mon sens, ils ont tiré le meilleur possible des lieux et si j’aime le géocaching, c’est vraiment parce qu’il existe encore des caches telles que celles-ci, où l’on peut vivre une vraie aventure. Du challenge physique, intellectuel, un lieu exceptionnel, et un beau fil rouge ; que demander de mieux ? Si vous connaissez d’autres caches de ce calibre, n’hésitez pas à les indiquer en commentaire.

J’ai l’immense plaisir de terminer cet article par quelques informations complémentaires que m’a très gentiment données la team Sarce.

C’est à vous, la Team Sarce, que nous devons la très belle cache du sombre secret. Pouvons en apprendre un peu plus sur vous ?

Nous sommes une famille avec 3 garçons. Nous avons la bougeotte et randonnons beaucoup. Des amis (les BiBs68) nous ont fait découvrir le géocaching en 2011, et on est très vite devenus fans. Ça nous permet de mêler marche à pied et découvertes (de lieux, d’histoire, de paysages…), et aussi d’ajouter un peu d’aventure quand la cache le propose ! Nous aimons aussi nous frotter aux différents types de T5 : arboricoles, mais aussi spéléo, canyoning…

L’Altenberg est un lieu magnifique et gigantesque, comment se lance-t-on dans l’aventure de créer une cache ici ? Est-ce que l’idée de créer une cache d’envergure était une évidence pour vous ?

Nous avons appris l’existence, ou plutôt l’abandon de ce lieu un peu par hasard, par un collègue de travail. Emballés dès la photo satellite, notre première découverte des lieux a été géniale. Nous cherchions à créer une grande histoire, c’était l’endroit idéal ! Il était évident que nous allions y poser notre cache. Notre crainte, durant toute la préparation du Sombre Secret, était justement qu’un joueur pose une simple tradi en plein milieu. Ouf, on a été les premiers.

Concevoir ce genre de cache prend beaucoup de temps, quels auront été les éléments les plus compliqués ou les plus longs à préparer ? 

Les repérages ont pris 1 an et demi : visiter, sélectionner les lieux où on souhaitait absolument faire passer les joueurs, penser au cheminement, trouver l’histoire, imaginer des waypoints si possible variés (même si on a souvent pris la solution de facilité d’user et d’abuser de l’UV, car un message invisible sur un mur est à peu près la seule chose qui ne puisse pas être volée). Et puis revenir, découvrir qu’un lieu a été saccagé ou est devenu trop dangereux (on avait un temps envisagé un WP dans une cage d’ascenseur), trouver une solution alternative et plus robuste… Même l’énorme conduit de ventilation où Dalkia a laissé son message de sang a été démonté et déplacé entre son écriture et l’archivage de la cache !

Il a ensuite encore fallu environ 6 mois de réalisation : bricolage des WP, création des textes et enregistrements, du cryptex, montage du teaser, couture de la poupée (ça a été un crève cœur de la défigurer, la pauvre!)… et mise en place de tout ça.

Était-ce pour vous évident que ce serait une cache qui serait un certain challenge ou cela est-il venu petit à petit ?

Il était évident que la cache allait demander un investissement physique et de la réflexion. C’est ce que nous aimons, on n’allait pas se priver ! Le niveau D/T élevé était aussi voulu afin d’éviter que des joueurs trop « novices » ne viennent y prendre des risques inutiles. Malheureusement, ça s’est retourné contre nous, car cette cotation étant rare, elle a attiré du monde qui n’a pas pris le temps de lire la description et surtout est passé outre les avertissements, attributs et mises en garde. C’est dommage car ces joueurs ont attiré l’attention des autorités sur la cache et ont vécu une mauvaise expérience. C’était du perdant-perdant. Quand un owner demande de passer par certains endroits et pas d’autres, et de venir en très petit groupe, c’est pas pour embêter le monde, c’est pour la pérennité de sa cache, pour son intérêt aussi (suivre un gros groupe ne permet pas d’entrer dans l’aventure, de voir les WPs, de résoudre les énigmes…) et pour qu’à terme, un max de joueurs puissent en profiter.

Nous avons cherché aussi à créer une cache « à tiroirs », c’est à dire que si un WP est dégradé, les joueurs ont des chances de pouvoir retomber sur leurs pattes. Dans le grenier des classeurs, il y avait aussi des Qrcodes fixés à plusieurs endroits, si jamais la lettre « s’envolait ». Dans la chambre de la poupée, il y avait 4 QRcodes collés à différents endroits ; idem à l’accueil. Des joueurs n’ont pas trouvé la chaufferie, mais avec le prénom Dalkia, ils sont partis vers le local électrique et ont trouvé la suite. C’était important pour nous que le jeu puisse continuer.
Un jour, Mr Poalix nous a dit cette phrase très sage :
« Une bonne cache, c’est une cache qu’on trouve »

Avez-vous quelques anecdotes quand à la création de la cache ? 

On avait très peur que les reviewers nous refusent sa publication. On était bien conscients d’être aux limites des guidelines. Tout ce travail pour rien, on aurait été très déçus ! Heureusement, après quelques échanges, la cache a été validée, ouf !

À part les nombreux points favoris reçus, avez-vous eu des retours de géocacheurs qui sont passés sur votre cache ? Certains sont-ils venus seuls ?

 À notre connaissance, personne n’est venu seul. Le WP de la poutre du grenier a souvent été difficile à trouver (on pensait pourtant avoir mis un gros logo !) : les jours ensoleillés, les lampes UV étaient trop faibles. Les équipes ont mis en général entre 4 et 8h.

J’ai fait la cache peu de temps avant l’archivage et j’y ai trouvé une belle cache avec des WPs au top, mais des lieux dans un triste état. Avez-vous dû faire beaucoup de maintenance et avez-vous remarqué l’évolution des lieux ? 

Nous avons vu les vitraux de la chapelle, et le confessionnal ! Il y avait aussi la boite aux lettres du pasteur, où devait se trouver l’indice. Lorsque nous sommes venus pour la dernière fois pour tout mettre en place, plus de boite aux lettres ! D’où l’UV sur le mur.

On a aussi été très étonnés de découvrir un jour la piscine nettoyée ! C’était incompréhensible : tout le bazar qui avait été jeté dedans (lits, tuyaux, palettes…) avait disparu ! On a appris, bien après l’archivage de la cache, qu’une scène d’un téléfilm y avait été tournée.

La cache est malheureusement maintenant archivée, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce qui vous a obligé à le faire ?

La bêtise humaine : toute la toiture du bâtiment des archives / chaufferie / sas des ambulances a brûlé. C’est devenu trop dangereux d’y entrer.

Connaissez-vous d’autres caches dans le style de la vôtre que vous conseilleriez aux géocacheurs qui ont adoré faire la vôtre ou qui sont tristes de l’avoir ratée ? 

Bien sûr, à commencer par la mythique Stonerose ! Son owner nous a fait l’honneur de venir résoudre le Sombre Secret, je dois dire qu’on a été assez fiers de son log. Il est pour nous un maître du genre.

On peut aussi parler des caches de staubfinger0702 en Allemagne : les Dexter (GC3E45W et suivants) ; Die Drei ??? (GC5WFC6) … Il est très important de bien suivre les directives de l’owner et de s’inscrire pour les faire, et c’est vraiment une expérience incroyable !
Après avoir trouvé de telles caches, on se sent tout petit avec notre balade dans l’Altenberg !

Nous attendons avec impatience que de nouvelles très grandes multi sortent dans la région (bip message aux poseurs !!!)

 

2 réflexions sur “[A nos chères disparues] Le sombre secret : Urbex et cache d’exception

  1. Wahoo ! 🙂
    Cet article est ouvert sur mon ordinateur depuis sa publication. J’ai enfin trouvé le temps de le lire !
    Et quel voyage ! Faisait parti des heureux ayant réussi à chercher (et trouver) cette cache mémorable, ce fut avec un énorme plaisir que j’ai refait l’aventure !
    Alors non, l’article n’est pas trop long. On est immergé dans l’aventure et le récit se lit tellement facilement !
    Les nombreuses photos permettent de s’immerger et même de découvrir des choses que je n’avais pas vues !
    Tout est là, même l’enregistrement audio, on ne peut pas mieux s’y retrouver !
    Et pour couronner le tout, entretien privilégié avec les owners, au TOP !
    Merci Fabien pour les bons souvenirs et l’article parfaitement détaillé et juste.
    Merci aux Sarce pour le moment passé, il y a maintenant plus de 2 ans (14/10/17 – drôle de date, un an avant !! ;p)
    Bref, du bonheur, il y a 2 ans et à l’insatnt !
    BRAVO 😀

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s